","$smiley"); $smiley = str_replace(":-)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(tss)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(close)","","$smiley"); $smiley = str_replace(":p","","$smiley"); $smiley = str_replace(":-p","","$smiley"); $smiley = str_replace(":o","","$smiley"); $smiley = str_replace(":-o","","$smiley"); $smiley = str_replace("lol","","$smiley"); $smiley = str_replace("(pascontent)","","$smiley"); $smiley = str_replace(":#","","$smiley"); $smiley = str_replace(":-#","","$smiley"); $smiley = str_replace(":~.","","$smiley"); $smiley = str_replace("8)","","$smiley"); $smiley = str_replace("8-)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(fleche)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(coeur)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(!)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(?)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(nuke)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(ninja)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(euh)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(wako)","","$smiley"); $smiley = str_replace(":(","","$smiley"); $smiley = str_replace(":-(","","$smiley"); $smiley = str_replace("(namour)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(rolleyes)","","$smiley"); $smiley = str_replace(":D","","$smiley"); $smiley = str_replace(":-D","","$smiley"); $smiley = str_replace(";)","","$smiley"); $smiley = str_replace(";-)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(siffle)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(mad)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(hum)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(bizoo)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(gateau)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(photo)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(bierre)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(inginf)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(fleures)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(i)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(kdo)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(lune)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(chat)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(note)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(rose)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(rosefanee)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(rougir)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(honteux)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(larme)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(fiou)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(mouton)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(huh)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(chien)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(innocent)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(zzz)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(trefle)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(aveugle)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(bierre)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(zorro)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(shuriken)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(magie)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(pirate)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(lune)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(diable)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(noel)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(alien)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(angel)","","$smiley"); return $smiley; } ?> Policier des mardis en septembre 2009 « Policier

Policier des mardis en septembre 2009
Policier des mardis en septembre 2009
Chouette.



 Page 1 sur 1
Participations 1 √† 4 sur 4  <<  >> 


 Clothilde 15 septembre 2009 à 12:10 Envoie un message √† Clothilde Voir le profil de Clothilde
La nuit se laissait lentement grignoter par le jour ! Il y un bouillard presque opaque lui donnait l'impression de marcher dans les nuages.
C'était un matin pas comme les autres
C'était le seize novembre, son premier jour de femme libre !

Elle revenait après d'une longue absence !
Absence si longue qui lui avait volé ses illusions, sa jeunesse, ses amours !
Elle avait tout perdu !
Ce jour là voyait pourtant sa renaissance, une renaissance dans la douleur, dans monde devenu inconnu !
Elle se sentait pleine de courage, voulait oublier pour un moment la colère qui lui faisait battre le sang, jouir profondément de cette liberté retrouvée !
Elle ne laisserait personne venir troubler sa quiétude !Elle ne pourait certe pas rattraper le temps perdu mais elle se reconstruirait !
Elle marcha longtemps , le soleil avait fait son apparition quand elle perçut dans le lointain les aboiements d'un chien .
Elle se sentit tout à coup oppressée comme si un mauvais génie avait envahi l'endroit.
Elle sentit les picotements familiers sur son visage, les tremblements agiter ses mains. Elle s'adossa contre un tronc d'arbre, ferma les yeux, inspira, expira plusieurs fois, laissa les rayons du soleil qui filtrait autravers les branches , lui chatouiller le visage . Elle se laissa imprégner des odeurs fétides du sol humide, se concentra sur les rugosités de l'écorce qu'elle sentait dans son dos . Elle s'était promis que plus aucun évènement ne pourrait l'émouvoir !
Enfin apaisée, elle sortit du bois, empruntât un chemin de terre .Une girouette installée au milieu d'un champ, tournait inlassablement dans un couinement de souris.
Le chien s'était tu. Elle hâta cependant le pas, tourna à gauche pour prendre le chemin qui devait la mener au cimetière. Elle n'avait pas d'autre choix, elle le savait, il faudrait qu'elle passe devant la maison ! La maison maudite, théâtre de tant de malheurs.
La carcasse de la Citroën était toujours là, un peu plus rouillée, les mauvaises herbes l'entouraient entièrement. L'épave du bateau dormait toujours à ses côté, coque trouée .Quelqu'un avait cependant repeint en bleu les lettres de son mon qui était aussi son prénom : Florence
Son cúur cognait dans sa poitrine, les larmes lui brouillaient la vue ! Le chien se remit à aboyer, avec agressivité, elle le sentait très proche .Elle se retourna vivement . Ce qu'elle vit au travers des larmes la glaça d'horreur.
Le chien, sentinelle de l'inimaginable, dressé les pattes arrière, tentait de franchir la barrière vermoulue.

Posées sur une morceau de bois, au milieu d'un tas de détritus des têtes de poupée l'impression de marcher dans les nuages.
C'était un matin pas comme les autres
C'était le seize novembre, son premier jour de femme libre !

Elle revenait après d'une longue absence !
La longue absence. On lui avait volé ses illusions, sa jeunesse, ses amours !
Elle avait tout perdu !
Ce jour là voyait sa renaissance, une renaissance dans la douleur, dans monde devenu inconnu !
Elle se sentait pleine de courage, voulait oublier pour un moment la colère qui lui faisait battre le sang, jouir profondément de cette liberté retrouvée !
Elle ne laisserait personne venir troubler sa quiétude !
Elle marchait depuis un moment quand elle perçut dans le lointain les aboiements d'un chien .Les aboiements se faisaient plus distincts, il lui semblait qu'ils étaient plaintifs.
Elle se sentit tout à coup oppressée comme si un mauvais génie avait envahi l'endroit.
Elle sentit les picotements familiers sur son visage, les tremblements agiter ses mains. Elle s'adossa contre un tronc d'arbre, ferma les yeux, inspira, expira plusieurs fois. Elle se laissa imprégner des odeurs fétides du sol humide, se concentra sur les rugosités de l'écorce qu'elle sentait dans son dos Elle s'était promis que plus aucun évènement ne pourrait l'émouvoir !
Enfin apaisée, elle sortit du bois, empruntât un chemin de terre .Une girouette installée au milieu d'un champ, tournait inlassablement dans un couinement de souris.
Le chien s'était tu. Elle hâta cependant le pas, tourna à gauche pour prendre le chemin qui devait la mener au cimetière. Elle n'avait pas d'autre choix, elle le savait, il faudrait qu'elle passe devant la maison ! La maison maudite théâtre de tant de malheurs.
La carcasse de la Citroën était toujours là, un peu plus rouillée, les mauvaises herbes l'entouraient entièrement. L'épave du bateau dormait toujours à ses côté, coque trouée .Quelqu'un avait cependant repeint en bleu les lettres de son mon qui était aussi son prénom : Florence
Son cúur cognait dans sa poitrine, les larmes lui brouillaient la vue ! Le chien se remit à aboyer, avec agressivité, elle le sentait très proche .Elle se retourna vivement . Ce qu'elle vit au travers des larmes la glaça d'horreur.
Le chien, sentinelle de l'inimaginable, dressé les pattes avant tentait de franchir la barrière vermoulue.
Posées sur une morceau de bois, au milieu d'un tas de détritus , des têtes de poupées, celles qu'ont les petites filles pour jouer à la coiffeuse ,étaient alignées au coté d' un masque horrible et d' une tête de poupée masculine! Un prénom et une date sous chaque tête .
Jennifer 2001
Nolween2002
Magali 2003
Elodie 2004
Grégory DCD 2005
Sous le masque Cyril 2006
Sous la tête du garçon Quentin 2007
Veillait toute ces poupées un totem en bois.
Statufiée par la peur, elle n'entendit pas les pas derrière elle et s'écroula sombrant inconsciente.

 Chouette 15 septembre 2009 à 13:24 Envoie un message √† Chouette Voir le profil de Chouette
Florence...s'éveilla et sortit très lentement de sa torpeur!
Se demandant " Qu'est-ce que je suis venu faire ici?" Elle ne vit personne...

Jennifer? Nolween? Magali? Elodie? Grégory, Cyril? Quentin?
Quatre filles! Trois garçons? A qui étaient ces enfants?

- Qui les avait enterré là? Sous ce tas d'ordures en les masquant d'une tête de poupée...?
- Qu'est-ce que cela pouvait bien signifier?
Je...pris peur et je me mis à grelotter de froid tellement mon émotion fut vive!
Progressivement je tentais de retrouver mes esprits...impossible!
" Un enfant chaque année?"
" Qu'est-ce qui c'était passé ici? "
- Non, je ne rêve pas, ils ont tous des masques de poupées...comme celles quand nous étions enfants! Hallucinant!!
- Je me relevais! Prenant conscience tout à coup me demandant que si j'étais revenue sur ces lieux...non...tout était confus...les picotements sur son visage recommençaient à brûler...non, surtout ne pas t'agiter!
- Tous ce que tu vois là...ne fait plus partie de ta vie...non, cela n'a jamais fait partie de ta vie!
- Ces prénoms? Ils te disent quelque chose?
- Cherches...essayes...rappelles-toi!
- Impossible! étais-je dans un état second?
- L'inconscient qui refusait que je me rappelle de quoi que ce soit?
- Une fuite?...non, j'étais totalement inconsciente!
- Etait- ce possible qu'ils furent mes enfants dans autre vie?
- Pourquoi serais-je revenue sur le lieu des crimes?
- Redevenir une femme libre?
- Oui, c'était un vieux rêve, un espoir presque inconscient!
- Oui, bien sûr, mais pas en ayant fait ça?
- Leur père? Où était-il? Je ne me rappelle pas... de son visage.
- J'avais l'impression de devenir folle!
- M'étais-je échappée d'un asile? Impossible de savoir! Personne pour me répondre!
- Le chien se remit à aboyer...ne rendant pas mes idées plus claires...sinon qu'à me faire sursauter et trembler de peur...

" non, je ne pouvais pas avoir fait ça!!"

- Mes mains se mirent à trembler...tout mon corps était froid...comme congelé! Je n'arrivais même plus à avancer d'un pas...je restais pétrifié par le comble de l'horreur!
- La coque du vieux rafiot avec mon nom repeint en bleu?
- C'était de la peinture fraîche...même pas complètement sèche...j'y frottais l'index...je ne rappelle de rien...la peinture sur l'index fut la preuve formelle que j'étais bien repassée par là... qui aurait pu se faire passer pour moi? était-ce une mise en scène?
- Non,qui aurait joué mon sosie?
- Florence? C'était vraiment moi?
- Je ne le crois pas un instant...
- C'est du délire!
- Jennifer! Nolween!Maga......

 Chouette 22 septembre 2009 à 11:16 Envoie un message √† Chouette Voir le profil de Chouette
J'étais entièrement perdue!
Oui, je m'appelais Florence...tous ces prénoms...il me semblais que j'étais complètement amnésique.
J'avais beau cherché, de si loin que je me souvienne, tous ces prénoms qui me semblaient jolis...je ne me rappelais pas les avoir entendu un jour...
Je n'y arrivais pas...personne pour m'aider, je me sentais si lointaine, tellement perdue! A tel point que je ne savais même pas où je me trouvais!
Je n'étais jamais venue dans cet endroit...je ne reconnaissais rien...pas un objet...si ce n'est que les têtes des poupées qui ressemblaient à celles de mon enfance!
C'était une réelle souffrance d'avoir un tel trou de mémoire?
Qui allait pouvoir m'aider?
Je me sentais si désespérée!
Peut-être que je n'avais rien compris...ces noms sur ces têtes de poupées?
Les quatre filles et les trois garçons? Etaient-ils morts et enterrés là?
Mon Dieu, qu'allais-je pouvoir faire maintenant?
M'enfuir? Je ne me souviens même pas comment je suis arrivée dans ce lieu!
Qui est là?
J'entendis un étrange bruit...des d'enfants jouant avec des cerf-volants...Bizarre...
Je tentais de me raisonner...je n'y arrivais pas...
Le comble c'est que je voyais les cerf-volants virevolter dans le ciel...sept couleurs différentes!
Etait-ce un signe ou le fruit de mon imagination?
J'entendis des rires d'enfants...je ne les voyais pas...

 Chouette 1er octobre 2009 à 13:43 Envoie un message √† Chouette Voir le profil de Chouette
Le rire des enfants cessa...au loin, j'entendis un bruit de moteur sur le sentier de terre...avec les arbres, je ne voyais rien!
Cachée sous le vieux rafiot...je me sentais tremblante de froid certes, mais plus de peur, je crois!
Je me suis tout doucement glissé en dehors du rafiot pour apercevoir une ambulance.
Qu'est-ce qu'elle venait faire ici?
Il n'y avait personne ici?
Qui savait que je me trouvais là?
Oui, j'ai entendu des cris d'enfants! Mais, j'étais cachée sous le rafiot? Ils ne m'ont pas vue!
Le moteur s'arrêta, deux hommes vêtus de blanc descendirent et un des deux disait :
" tu connais Florence, à chaque anniversaire d'un des enfants elle reprend la même route!"
- Qu'est-ce qu'il raconte?
- Les anniversaires?
- Mais, alors les ballons?
- C'est l'anniversaire de Nolween aujourd'hui? Oui, je me souviens...quel âge? Je ne saurais vous le dire!
- Non, ce n'est pas ma fille..
- C'est la fille de son père...
- Tout s'embrouille dans ma tête....mais non, son père n'est pas mon mari!
- Je soulevais le rafiot pour tenter de me sauver.
- Je me retrouvai aux pieds de Gérald, l'infirmier de l'hôpital psychiatrique...mais oui, je te reconnais-toi!
- Qu'es-tu venu faire ici Gérald?
- Je suis accompagné par le Docteur Vigneron et nous sommes venus te rechercher, Flo!
- Nous avons l'habitude, à chaque anniversaire, tu reviens toujours à la même place, Flo!
- Gérald, vous allez encore me piquer?
- Flo, nous sommes là pour t'aider et te ramener à l'hosto!
- Docteur, c'est moi qui as tué tous mes enfants?
- Répondez-moi, je les ai entendu jouer et rire avec des ballons de toutes les couleurs, plus belles qu'un arc en ciel...
- Non, Florence, nous allons vous ramener, ensuite nous aurons l'occasion de parler et je répondrai à vos questions!
- Vous mentez tous les deux, vous avez la seringue derrière le dos et ensuite vous allez me lier les mains et les chevilles...
- Florence se mit à se débattre...
- Le Docteur devait absolument la maîtriser avant qu'elle ne retombe dans un délire incontrôlable...
- Gérald, après toutes ses années avait de l'affection pour Flo,
il était le seul à pouvoir l'appeler par son diminutif!
- Non Gérald n'était pas amoureux d'elle,il n'avait pas de pitié...il avait de l'empathie et était tout simplement humain...
Il avait compris le comble de l'horreur...et sa souffrance quand elle fuguait et elle revenait à quelques dates d'anniversaires...
-
Cette mère de 7 enfants était tout simplement devenue complètement folle...
Leur père les avaient tous assassinés parce qu'elle voulait le quitter pour que ses enfants puissent vivre en paix... avec elle sans alcool!
Malheureusement, ce jour là, elle s'était absentée de la maison, et en rentrant elle découvrit le triste décor!








Attention: Tu n'es pas identifié, seuls les auteurs peuvent participer.
Je veux m'inscrire maintenant.
Je suis déjà membre, je peux m'identifier en haut de la page.



Histoire Journali√®re   Favoris   Geolocalisation   Podcast   FluxRss   Twitter
Bon à savoir:

Policier des mardis en septembre 2009 est classée dans le genre Policier.

Commencée par Clothilde,
le 15 septembre 2009. L'histoire est composée de 4 participations.

aucun commentaire
581 lectures

  • 2 Auteurs:
Chouette
Chouette 3
Clothilde
Clothilde 1

  • Currently 1.50/5

Note: 1.5/5 (2 votants)