","$smiley"); $smiley = str_replace(":-)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(tss)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(close)","","$smiley"); $smiley = str_replace(":p","","$smiley"); $smiley = str_replace(":-p","","$smiley"); $smiley = str_replace(":o","","$smiley"); $smiley = str_replace(":-o","","$smiley"); $smiley = str_replace("lol","","$smiley"); $smiley = str_replace("(pascontent)","","$smiley"); $smiley = str_replace(":#","","$smiley"); $smiley = str_replace(":-#","","$smiley"); $smiley = str_replace(":~.","","$smiley"); $smiley = str_replace("8)","","$smiley"); $smiley = str_replace("8-)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(fleche)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(coeur)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(!)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(?)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(nuke)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(ninja)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(euh)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(wako)","","$smiley"); $smiley = str_replace(":(","","$smiley"); $smiley = str_replace(":-(","","$smiley"); $smiley = str_replace("(namour)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(rolleyes)","","$smiley"); $smiley = str_replace(":D","","$smiley"); $smiley = str_replace(":-D","","$smiley"); $smiley = str_replace(";)","","$smiley"); $smiley = str_replace(";-)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(siffle)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(mad)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(hum)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(bizoo)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(gateau)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(photo)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(bierre)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(inginf)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(fleures)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(i)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(kdo)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(lune)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(chat)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(note)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(rose)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(rosefanee)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(rougir)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(honteux)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(larme)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(fiou)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(mouton)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(huh)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(chien)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(innocent)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(zzz)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(trefle)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(aveugle)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(bierre)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(zorro)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(shuriken)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(magie)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(pirate)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(lune)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(diable)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(noel)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(alien)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(angel)","","$smiley"); return $smiley; } ?> Horreur des samedis en octobre 2009 « Gore & Horreur

Horreur des samedis en octobre 2009
Horreur des samedis en octobre 2009
Chouette.



 Page 1 sur 1
Participations 1 √† 8 sur 8  <<  >> 


 Clothilde 10 octobre 2009 à 15:57 Envoie un message √† Clothilde Voir le profil de Clothilde
Cet inconnu lui devenait tout à coup moins étrange , plus proche . Elle lui saisit la main ;

 Clothilde 10 octobre 2009 à 15:59 Envoie un message √† Clothilde Voir le profil de Clothilde
Les deux silhouettes avançaient d'un pas régulier dans l'obscurité naissante
Les rues de la ville rue étaient désertes. C'était l'heure du couvre feu.
Ils traversèrent la ville en silence, longeant les murs, leur ombre se reflétait parfois dans une vitre sale. La neige se mit à tomber plus fort. L'homme couvrit les épaules de sa compagne de son manteau .Elle respira avec bonheur les odeurs qui émanaient de l'épais tissu. Odeur de chien mouillé, de tabac, de choux. Retrouver des odeurs familières la réconfortait un peu. Cet inconnu lui devenait tout à coup moins étrange, plus proche. Elle lui saisit la main ;
- Nous atteindrons la frontière ce soir et nous trouverons refuge dans une cabane dans la forêt. dit l'homme d'une voix grave en resserrant sa grande main chaude sur cette main tremblante.
Ils quittèrent bientôt la ville, la lune était pleine et diffusait une clarté telle que l'homme se réjouit d'avoir quitté les faubourgs de la ville !
Il sentait la fatigue de sa compagne, le tremblement de sa main, son souffle court.
-Je m'appelle Victor et vous ? Lui demanda t-il pour la distraire de sa peur.
-Marie répondit-elle d'une toute petite voix.
Ils avaient atteint l'entrée d'une forêt ! Les arbres scintillaient sous la neige, en d'autres circonstances, Marie aurait admiré ce paysage magnifique ! Mais la peur l'inhibait !
-C'est là, lui dit Victor en se dirigeant vers ce qui semblait être une cabane de chasseur !
La pièce dans laquelle ils entrèrent était spacieuse, meublée sobrement ! Victor se dirigea vers la cheminée, alluma les quelques brindilles qui se trouvaient dans l'âtre et lorsque le feu eut pris , il déposa une bûche énorme.
Aussitôt la pièce fut inondée de la lumière rougeoyante des flammes.
-Détendez vous ,dit Victor à Marie , vous êtes ici chez moi !

 Clothilde 17 octobre 2009 à 07:14 Envoie un message √† Clothilde Voir le profil de Clothilde
Marie malgré, la présence de l'homme était terrorisée, elle avait aperçu posé contre une muraille un fusil .La forêt lui semblait peuplée de bruits étranges, effrayants C'étaient plutôt comme des bruits d'orage lointain et proche à la fois.
Dans quel camp se trouvait cet homme ? Elle sentit une grande fatigue l'assaillir et elle s'écroula sur la couche sans draps et s'endormit. Elle ne s'aperçut pas que l'homme lui ôtait ses chaussures et la couvrait d'une couverture. Elle rêva de son enfance, de danse, se vit virevoltant, elle revit ses parents ! Ce qui n'était plus arrivé depuis des lustres , elle voulut y voir un signe ! A son réveil, elle était plus sereine et avait retrouvé son courage. Une mince ligne de lumière filtrait de sous la porte, il devait faire jour. L'homme avait disparu. Elle n'avait aucune idée de l'endroit où elle se trouvait. Elle se souvenait seulement d'avoir marché longtemps au bras de cet homme qui tentait de la rassurer. Où donc était-il à présent ? Pourquoi l'avait-il laissée seule ? Elle se leva se chaussa se dirigea vers la porte d'un pas incertain. Ce qu'elle vit lorsque elle eut ouvert la glaça d'horreur. Dormait-elle encore ? Son joli rêve de cette nuit venait-il de se transformer en cauchemar ? Elle restait pétrifiée ! Il faisait encore nuit, une nuit profonde sortie de néant ! Ce qu'elle avait pris pour la lumière du jour, provenait de la lune qui éclairait comme en plein jour. Le spectacle de la neige qui scintillait n'arrivait pas à la rassurer.
Marie avait l'impression que si elle faisait un pas de plus elle plongerait dans des ténèbres du néant, elle ne voyait rien qu'un entrelacs de branches et de feuilles, le chemin avait disparu. Le fusil était pendu à une branche avec dans le canon une rose. Pas une seule trace de pas , l'homme s'était volatilisé .

 Chouette 17 octobre 2009 à 14:20 Envoie un message √† Chouette Voir le profil de Chouette
Pour se rassurer...Marie étendit le bras, mais il était trop court pour atteindre le fusil!
Elle se sentait incapable de tuer qui que se soit mais là, perdue au milieu de nulle part...le comble de l'horreur lui traversa l'esprit!
Personne...à perte de vue, il faisait glacial! Elle tremblait de froid et encore plus de peur!
Elle avait tellement la trouille, qu'elle enleva le capuchon de son anorak afin d'avoir les oreilles en éveil pour entendre le moindre bruit...
Elle était capable de tuer là à l'instant...tellement elle était effrayée, elle pensa même qu'elle ressemblait à une bête traquée et embusquée...au milieu du bois...les chasseurs poursuivant leur proie, la seule... elle!
Elle attrapa une branche...sans gant, ses mains semi-gelées étaient d'une telle maladresse qu'elle eut du mal à redresser le bâton...afin d'attraper son seul moyen de défense, le fusil!

Le bâton, malgré le tremblement de ses mains entra dans la boucle de la lanière de cuir, elle faillit attraper le fusil sur le crâne, elle sursauta!
Elle l'épaula et immédiatement elle se sentait plus rassurée.
La rose au canon...?
Elle trouvait ça d'une telle stupidité...à moins que ce Victor l'y avait mise en guise de message?
Elle eut des doutes!
Où pouvait-il être passé ce mec?
Quel coup de folie!
Jamais elle n'aurait dû le suivre!!!
C'était ni l'heure ni le moment et encore moins l'instant de gémir et d'avoir des regrets!

Fallut-il en plus qu'elle trembla de trouille de le croiser au coin d'une futaie trop dense...des arbres à perte de vue?
Au détour de ce qui pouvait ressembler à un sentier ou un passage pour s'évader?
S'évader?
Comment?
Par où?
Elle n'avait même pas de boussole...
La nuit se mit à tomber...elle voyait de moins en moins où elle mettait les pieds, tant le lieu était boisé!

Oui, dans une autre vie, elle avait fait du scoutisme...mais en cette saison...sans soleil...et dans son état actuel il lui était impossible de deviner si elle était au Nord où au Sud!
Le froid et sa peur ne lui permirent même plus d'avoir les idées claires!

Elle, Marie, qui dans sa vie quotidienne était toujours de bon conseil, pour elle il n'y avait jamais de problème...chercher et trouver des solutions, c'était sa seule devise, il n'y avait qu'à demander : Marie était toujours prête et partante pour aider les autres!
Tout ce qu'elle savait, tout ce qu'elle connaissait, ce qui en d'autres circonstances étaient si utiles...rien ne lui servit dans la situation dans laquelle elle s'était embourbée malgré elle!

Sa première idée fut de crier " au secours " ! Non!
Elle hésitait un instant...Victor pouvait surgir de nulle part...elle ne connaissait pas le but de son enlèvement!

Avait-il eu l'intention de la violer? Peut-être de la tuer ensuite...elle s'imagina presque...de se voir découpée...dépecée...en petits morceaux menus...comme chez votre boucher qui vous prépare votre tartare devant vous!
Non!
Scène horrible... vision cauchemardesque!

Ecoeurée...rien dans l'estomac....elle vomissait ce qui lui restait dans les tripes!
Terrorisée, bleue et transie de froid, elle sentit les larmes envahir ses yeux! Non! Ce n'était pas le moment!

Elle éclata en sanglots, malgré elle...elle avait la sensation qu'elle se vidait de toute sa trouille...

L'idée la plus lugubre lui traversa l'esprit : elle n'avait pas revu les siens avant son enlèvement...rien que le fait de penser à eux, la tétanisait... elle frissonnait comme si sa dernière heure avait sonné!
Qui pourrait se mettre à sa recherche?
Quelle Providence pourrait lui tomber du ciel?
Elle, Marie, qui depuis tant d'années n'avait plus prié...elle se serait mise à prier tous les saints du ciel!

Elle eut honte...prier qui, pourquoi?
Dans une telle détresse?
Alors qu'il y avait combien d'années?
Tant que ça?
Elle fut incapable de compter et encore moins d'en avoir envie...elle avait presque du mépris pour elle même...un comble dans sa situation!

Le constat fut terrible en si peu de secondes...elle se demanda un bref instant, si c'était comme cela...juste avant la mort?

Ses sanglots cessèrent...elle s'essuya les yeux avec les manches de son anorak et le bord de son teeshirt, comme si cette trop forte émotion l'avait libérée, elle lui avait rendu les idées plus claires.

Elle avait presque l'impression que dans ce sursaut salvateur...qu'elle avait retrouvé ses esprits, elle sentait ses forces décuplées!
Elle se mit à se résonner " tu es vivante...tu verras...tu t'en sortiras..."
Belle utopie d'être aussi optimiste...Marie!
" Tu ne sais même pas où tu es!"
Elle fit deux pas...le branchage craqua...
Ce n'était pas le bruit de ses pas...dès qu'elle s'immobilisa... le craquement des branches perdurait...tel des pas...oui c'est ça, à quelques mètres,non à quelques pas ... devant elle? Derrière elle?
Elle eut beau trembler les pas se rapprochèrent...de plus en plus près...
Elle fut surprise par derrière avec un bras de colosse qui lui serra la gorge, elle chancela...la force du gros bras la coucha...aucun son ne sortit de sa bouche...elle était certaine à cet instant qu'elle allait mourir!

Elle entendit au loin crier son nom...Mariiiiieeee!!Mariiiiieeee! Dans cette immensité boisée...il faisait noir...couchée et maintenue à terre...
Elle hallucinait? Ou était-ce réel ?

 Clothilde 24 octobre 2009 à 11:54 Envoie un message √† Clothilde Voir le profil de Clothilde
Était-elle encore consciente ou avait-elle déjà franchi, le pas vers l'au-delà ?
Pas de long tunnel et de belle lumière pour l'accueillir, rien que du noir ! Et une peur tellement grande qu'elle lui broyait le cúur. Pourtant, il lui semblait percevoir des odeurs réelles, celles de son agresseur par exemple ! Il puait, des relents d'alcool, les miasmes d'une crasse répugnante lui agressaient le nez ! Elle eut le temps de se dire que ce ne pouvait être Victor, lui qui lui avait témoigné tant de prévenance d'ailleurs, il ne puait pas!Il ne pouvait tenter de la tuer? ce n' était pas possible eut-elle ENCORE le temps de penser avant de perdre conscience.

Lorsque, elle se réveilla elle était allongée sur le lit dans la cabane, une très vieille dame vêtue de noir était assise à ses côtés. Elle portait sur sa tête une mantille de dentelle noire comme en portent les veuves d'Italie et d'Espagne. Elle avait un visage sévère que démentait la bonté de son regard !
-Je suis la mort, lui dit-elle en souriant
Marie malgré sa faiblesse tenta de se lever!
- Mais je ne veux pas mourir !
La vieille femme lui prit la main et la rassura.
-N'aie pas peur mon enfant, je ne suis pas venue te chercher mais te conseiller ! Tu n'es pas destinée à mourir avant très longtemps, je puis même te dire que tu auras longue vie et que tu accompliras de grandes et belles choses ! Si je suis ici c'est pour te sauver !
Marie se souvint :
-Cet homme qui voulait me tuer où où où est-il ?
- Rassure-toi, ton agresseur ne te fera plus de mal, il est mort, Victor s'en est chargé !
-Victor, c'est cet homme qui m'a amenée ici, n'est ce pas ? Qui est-il ?
- Il sera là chaque fois que tu auras besoin de lui !
-Pourquoi aurais-je besoin de lui, pourquoi m'a-t-il amenée ici ?
- Mon enfant, je ne peux t'en dire plus car le temps qui m'est octroyé auprès de toi arrive à son terme, si je reste plus longtemps, c'est moi qui te mettrai en danger !
Avant de disparaitre comme un mirage, la vieille eut le temps d'ajouter :
-Malgré toi, tu es entrée dans un cercle maléfique dont tu devras te battre pour en sortir , tu auraaaaaaaaaaasss ............
Marie n'entendit pas la suite. Perplexe elle se dit qu'elle devait avoir cauchemardé, la neige, l'agression , la vieille femme ......
Lorsque qu'elle vit posé sur le dossier de la chaise , une mantille de dentelle noire !

 Chouette 24 octobre 2009 à 20:24 Envoie un message √† Chouette Voir le profil de Chouette
Elle trouva la mantille de dentelle noire très jolie...elle osait la prendre en mains...un petit miroir moucheté au-dessus d'un bac d'eau sale, oui elle voulait voir à quoi elle pouvait ressembler avec cette mantille. Elle hésita un bref instant...elle frissonna et puis se mit à trembler!
Non, ce n'est pas une bonne idée...et pourtant? Non, elle n'était pas superstitieuse...mais elle avait un mauvais présage...

Elle entendit à nouveau crier son nom au fond de la futaie...une nuit noire sans étoile ...ni aucune lueur à perte de vue...
Marie.....Marie...........
Elle n'entendait pas très distinctement de quel côté de la cabane venait ces appels...

Après tant d'émotions...de peurs et de tremblements...plus aucun son ne sortit de sa gorge!
Quel que soit l'effort qu'elle tenta de faire...
Comment sortir de cet enfer?
Elle vit, suspendu près du feu éteint, un énorme chaudron vide...la louche suspendue à un clou ferait l'affaire...une idée lui vint, elle en retirerait un effet de cloche...
Elle retourna le grand chaudron et prit la louche.
Sur le seuil de la cabane, un vent glacial la repoussa presque à l'intérieur, il s'agissait de sa vie!
Elle allait faire tout ce qui était possible ! A défaut de ses cris...elle allait faire un tintamarre jusqu'à ce que celui ou celle qui l'appelait dans la profondeur de la nuit puisse la repérer et venir à son secours...

 Chouette 31 octobre 2009 à 13:29 Envoie un message √† Chouette Voir le profil de Chouette
Marie frappa de toutes ses forces sur le chaudron...la louche était aussi lourde qu'énorme, qu'elle dut utiliser ses deux mains pour avoir assez de force... pour faire le plus de bruit possible!
Elle sentit ses bras fléchir...a bout de force...la louche lui échappa des mains!

Marie, cessa un instant...l'ouïe en éveil... afin qu'elle puisse entendre le moindre bruit!
Elle entendit à nouveau les craquements de branchage... le bruit des pas s'approchant à nouveau...tout proche... d'elle!
Elle se souvint tout à coup qu'elle avait toujours son Opinel dans la poche de son jean's.
Jamais elle ne l'avait utilisé dans des situations autres que des tâches domestiques et utilitaires...elle se fit peur elle même...
oui, elle avait oser l'ouvrir!

Le premier qui s'approcherait d'elle ...elle l'étriperait!

Trop de peur, après plus de 5 heures d'errance et de désespérance...elle finit par estimer qu'elle était dans une situation de légitime défense!
Oui, elle avait la trouille!

Lorsque tout à coup surgit une ombre venue de nulle part... elle tendit le bras et enfonça son Opinel de toutes les forces qui lui restaient...dans le ventre de l'attaquant, qu'elle pensait être un homme!
D'horreur, de peur dans cette obscurité totale, Marie s'enfuit à travers la futaie en hurlant...je l'ai tué...je l'ai tué...au secours...au secours...

Elle tomba à plusieurs reprises...se releva et se remit à hurler...s'enfuir...courir et encore courir...elle crut même qu'elle allait mourir d'épuisement!

Là...à cet instant, elle aurait tellement souhaité entendre crier " Marie " dans cette nuit noire d'horreur!!!

Elle dut s'arrêter un bref instant pour reprendre haleine...nuit noire...aucune lueur...elle venait de tuer un homme...cela lui sembla presque impossible...non, ce n'était qu'un cauchemar...

....Elle espérait tant de revoir la vieille femme...
Malheureusement elle ne vint pas à son secours....

Etait-ce réel...elle tomba et glissa dans un trou qui semblait très profond...la terre s'éboula...elle se sentit glisser...la glissade dura si longtemps avant d'arriver au plus profond d'un gouffre...le noir total...elle ne sentait que l'odeur de la terre humide...de la mousse...des feuilles séchées...elle eut un frisson quand tout à coups elle se mit à trembler...
Marie s'évanouit...elle tomba sur une pierre...le crâne ouvert elle saigna abondamment...
Depuis combien de temps gisait-elle dans ce gouffre?
Combien de jours, combien de nuits?
Nul ne le sut!
Une éternité...



 Chouette 1er novembre 2009 à 13:18 Envoie un message √† Chouette Voir le profil de Chouette
Marie fut découverte plus de huit jours après sa chute dans le gouffre!
Se sont des chasseurs qui avaient été alertés par les aboiements de leurs chiens!

Ils ont appelés les secours...dans la futaie qui était d'un accès difficile...les ambulanciers l'ont remontée au moyen d'un treuil avec un hamac pour la sortir du gouffre!

Elle respira encore faiblement...ils la transportèrent à l'hôpital le plus proche...
Malheureusement elle y décéda quelques heures après son arrivée!
L'enquête s'éteignait d'office!





Attention: Tu n'es pas identifié, seuls les auteurs peuvent participer.
Je veux m'inscrire maintenant.
Je suis déjà membre, je peux m'identifier en haut de la page.



Histoire Journali√®re   Favoris   Geolocalisation   Podcast   FluxRss   Twitter
Bon à savoir:

Horreur des samedis en octobre 2009 est classée dans le genre Gore & Horreur.

Commencée par Clothilde,
le 10 octobre 2009. L'histoire est composée de 8 participations.

aucun commentaire
721 lectures

  • 2 Auteurs:
Clothilde
Clothilde 4
Chouette
Chouette 4

  • Currently 1.50/5

Note: 1.5/5 (2 votants)