","$smiley"); $smiley = str_replace(":-)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(tss)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(close)","","$smiley"); $smiley = str_replace(":p","","$smiley"); $smiley = str_replace(":-p","","$smiley"); $smiley = str_replace(":o","","$smiley"); $smiley = str_replace(":-o","","$smiley"); $smiley = str_replace("lol","","$smiley"); $smiley = str_replace("(pascontent)","","$smiley"); $smiley = str_replace(":#","","$smiley"); $smiley = str_replace(":-#","","$smiley"); $smiley = str_replace(":~.","","$smiley"); $smiley = str_replace("8)","","$smiley"); $smiley = str_replace("8-)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(fleche)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(coeur)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(!)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(?)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(nuke)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(ninja)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(euh)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(wako)","","$smiley"); $smiley = str_replace(":(","","$smiley"); $smiley = str_replace(":-(","","$smiley"); $smiley = str_replace("(namour)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(rolleyes)","","$smiley"); $smiley = str_replace(":D","","$smiley"); $smiley = str_replace(":-D","","$smiley"); $smiley = str_replace(";)","","$smiley"); $smiley = str_replace(";-)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(siffle)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(mad)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(hum)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(bizoo)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(gateau)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(photo)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(bierre)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(inginf)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(fleures)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(i)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(kdo)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(lune)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(chat)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(note)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(rose)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(rosefanee)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(rougir)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(honteux)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(larme)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(fiou)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(mouton)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(huh)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(chien)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(innocent)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(zzz)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(trefle)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(aveugle)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(bierre)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(zorro)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(shuriken)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(magie)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(pirate)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(lune)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(diable)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(noel)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(alien)","","$smiley"); $smiley = str_replace("(angel)","","$smiley"); return $smiley; } ?> La magie des mondes « Fantasy

La magie des mondes
La magie des mondes
Akian a 12 ans. C'est un jeune garçon comme les autres, vivant à Paris. Cependant, son avenir et celui de son meilleur ami Mickaël va rapidement changer lorsqu'il se retrouve entraîner dans une course poursuite à travers les mondes, afin de retrouver ses parents enlevés mystérieusement.




 Page 1 sur 1
Participations 1 √† 11 sur 11  <<  >> 


 Jbacon 09 juin 2009 à 13:01 Envoie un message √† Jbacon Voir le profil de Jbacon
Akian sortit vivement de chez lui, accordant un bref baiser à sa mère au passage. Il était excité, cependant, il savait quel comportement adopter, et un calme sérieux s'affichait sur les traits fins et juvéniles de son visage. Akian avait douze ans et entrait en sixième au collège Louise Michel à Paris. C'était un garçon assez grand pour son âge, brun et assez beau. Il était sans histoire et détenait un carnet de vie scolaire complètement vierge. Sautant la dernière marche de l'allée de son jardin, Akian rejoignit la grande maison de son meilleur ami, Mickaël, située en face. Le jeune garçon habitait, avec ses parents, l'un des plus beaux quartiers de la ville, étant donné que ses parents avaient des salaires extrêmement élevés. Cependant, Akian ne savait pas vraiment ce qu'ils faisaient. Mike l'attendait, un grand sourire sur les lèvres.
-"Tu es prêt ? Ma mère t'attend depuis cinq minutes !" Lança-t-il avant que Akian n'atteigne le portail de la résidence.
-"Voyons, Mickaël, je ne suis pas pressée, s'exclama la mère du garçon en apparaissant dans le cadre de la porte. Bonjour, mon petit, comment vas-tu ? Tu n'es pas stressé j'espère ?"
Akian rougit légèrement et répondit :
-"Bonjour, Mme Leviller. Non, je ne stresse pas, je dirais même que je suis en pleine forme !"
-"Bien, bien ! Bon les enfants, montez dans la voiture, si nous ne voulons pas être en retard pour votre premier jour d'école !"
Sans hésiter plus d'une fraction de seconde, Akian se dirigea vers la large et grande voiture noire de Mme Leviller, et monta à l'arrière. Mickaël ne perdit pas de temps non plus et s'assit à ses côtés, tandis que sa mère prenait le volant et démarrait la voiture qui émit un grondement tonitruant. Puis, la voiture s'élança sur la route.

 Jbacon 30 septembre 2009 à 15:20 Envoie un message √† Jbacon Voir le profil de Jbacon
Ils arrivèrent peu après devant le collège des garçons. Akian était calme, tandis que Mike semblait sur le point de partir en courant tellement il tremblait d'appréhension. Lorsqu'ils franchirent le portail de l'école, ils aperçurent une foule d'une centaine d'enfants accompagnés de leurs parents, située en face d'un grand préau. Ils s'avancèrent donc vers eux. Trois personne leur faisaient face. Trois personnes débordant d'une énergie étrange, pensa Akian. C'était bizarre à dire, mais c'était ainsi que le jeune garçon les voyait. L'un d'eux, un grand homme mince et à l'air sévère tenait une fiche devant lui et un crayon, et notait les noms qu'une femme aussi grande et mince que lui, et aux yeux froids comme la glace, appelait à haute voix. L'homme posté à côté du couple austère était un vieil homme dont l'âge était indéchiffrable. Il avait un corps bien bâti et une barbe et des cheveux d'une blancheur d'hiver. Il avait un air bienveillant, et souriait aux élèves, semblant rassurer ceux-ci d'une manière qui s'opposait complètement à l'attitude de ses deux collègues. Mais le plus étrange, et cela fit légèrement frissonner Akian, était que le vieil homme posait régulièrement le regard sur lui ( Akian en était sûr ) et dés que le jeune garçon le rencontrait, les yeux du vieil homme pétillaient encore plus et il semblait sourire avec plus de chaleur. Tout ceci laissa Akian perplexe. Qui était cet homme et pourquoi le regardait-il comme ça ?
Remarquant alors que Mickaël et sa mère le regardait avec l'air étonné de ceux qui se demandent pourquoi il tirait cette tête, Akian leur sourit précipitamment et se concentra en attendant l'appel de son nom.

 Jbacon 30 septembre 2009 à 15:59 Envoie un message √† Jbacon Voir le profil de Jbacon
CHAPITRE 1

Cela faisait déjà deux mois que la rentrée avait commencé, et les vacances de la Toussaint étaient rapidement arrivées sur Paris. Akian avait invité Mickaël à passer la soirée d'Halloween ensemble. Au programme, récolte de bonbons et diner à la maison. Mickaël arriva devant la grande maison des parents de Akian juste à l'heure. Entendant tinter la sonnette de la porte d'entrée, Akian s'écria :
-C'est pour moi !
Il descendit les escaliers en trombe sous le regard amusé de sa mère, et ouvrit la porte à son ami. Mike sourit en le voyant, et après avoir promis aux parents de Akian qu'ils ne rentreraient pas tard, les deux garçons s'en allèrent vers les rues avoisinantes.
Leur récolte fut plus que appréciable, et vers la fin de la soirée, il s'apprêtèrent à rentrer. Tandis qu'ils discutaient et éclataient de rire, ils ne virent pas les silhouettes qui se dirigèrent au fond de la rue et les attendirent tranquillement, assises sur les rebords des grands murs qui séparaient le terrain de foot de la rue. Lorsque les deux garçons passèrent près d'elles, ils purent les voir à la lumière de la lanterne, et Mike sursauta. Il ne pouvait rien avoir de pire que de tomber sur la bande à Steeve à la fin d'une merveilleuse journée. Celui-ci bien démarqué du reste de la bande de quatre garçons, grâce à sa carrure impressionnante et son regard assassin, s'avança vers eux avec un sourire goguenard et leur demanda d'une voix doucereuse :
-Salut mes potes ! Vous voulez bien être gentil et me donner vos sacs de bonbons ? Mes copains et moi, on n'a pas eu beaucoup de chance, et on n'a rien pu gagner.
Akian n'était pas dupe. Il savait très bien que ce n'était pas une question, mais un ordre masqué. Il lâcha :
-Rien du tout ! Si tu étais moins grossier, peut-être aurais-tu plus de chance !
Mickaël tira sur sa manche en l'implorant du regard. Mais Steeve ne fit pas attention à lui et perdit son sourire :
-Le gosse de riche, tu ferme ta gueule, et tu me files illico ton sac ! C'est clair ?
Akian voulut protester, mais lorsqu'il vit le regard que lui portait Mike, et la façon de Steeve de brandir son poing, il laissa tomber et jeta son sac aux pied du voyou. Steeve se remit à sourire et lui dit :
-Tu vois, quand on veut, on peut négocier ! Bonne soirée surtout.
Et il s'éloigna en riant de mauvaiseté, accompagné de sa bande qui éclata d'un rire particulièrement sauvage. Quand ils furent assez loin pour ne plus entendre leur rire, Mickaël s'écria :
-Ouf ! J'ai bien cru qu'ils allaient nous réduire en pâté ! Qu'est-ce qui t'as pris de lui répondre comme ça ? Il a quatre ans de plus que toi et il fait deux têtes de plus !
Akian l'ignora. Il avait aperçu une ombre humaine volant dans l'obscurité, à proximité de Steeve et de de ses amis. Comme pour répondre à l'écho de l'étrangeté de la vision, un cri jaillit de l'endroit où les autres garçons avaient disparu. Akian se précipita, Mickaël courant sur ses talons avec l'envie de le prendre par les jambes pour l'empêcher une fois de plus de se retrouver devant une situation inconfortable.

 Jbacon 12 octobre 2009 à 16:00 Envoie un message √† Jbacon Voir le profil de Jbacon
Lorsque les deux garçons arrivèrent à l'endroit où le cri avait résonné, ils découvrirent un Steeve qui perdait ses moyens et qui hurlait sur sa bande quelque chose du genre " retrouvez-le ! Il est parti avec ! Il est à moi ! ".
- Mais de quoi il parle ? chuchota Mickael.
- Je n'en sais rien. répondit Akian.
- Hé vous là ! s'écria le chef de la bande.
Steeve s'était retourné et regardait les garçons, une lueur malsaine dans les yeux.
- Quelqu'un m'a volé mon médaillon. Il est parti dans cette maison. Allez me le chercher et je vous rends vos bonbons.
Akian jeta un coup d'oeil vers l'habitation qui se dressait à quelques mètres d'eux. C'était un manoir abandonné que les gens disaient hanté. Les deux garçons échangèrent un regard. Mickael, effrayé, Akian, hésitant. Il s'avança alors et dit :
- J'irai te le chercher, afin de prouver à tes copains que tu es une vrai fillette, et que tu as peur d'une simple maison.
Steeve lui envoya un regard assassin, mais ne dit rien, et tandis que Akian se dirigeait vers la lugubre maison, il fit signe discrètement à deux grands dadais de se faufiler derrière Mike et de l'immobiliser. Celui-ci étouffa un gémissement, et Akian se retourna.
-Juste une précaution ! ironisa le chef de la bande.
Akian ragea intérieurement et se retourna, en direction du portillon menant à l'allée du jardin. Il ne savait pas qu'il se dirigeait vers son destin.

 Jbacon 13 octobre 2009 à 14:03 Envoie un message √† Jbacon Voir le profil de Jbacon
Akian poussa le portillon qui émit un grincement sonore, et s'avança dans le jardin plongé dans les ténèbres. Aucune lumière ne permettait d'y voir, et Akian réussit à arriver près de la porte du manoir grâce à ses yeux qui lui permirent de voir les formes devant lui, l'empêchant, par mégarde, de se prendre le pied dans un quelconque objet. Le garçon leva les yeux. Il se trouvait devant une très grande porte dont le bois, décoloré, affichait un air lugubre. Akian se prit à frissonner. Il avait un étrange pressentiment. Plus encore, il avait l'impression que des yeux le regardaient dans le noir. Akian ouvrit la porte qui résonna dans un bruit sourd. Steeve lui avait dit que la personne qui lui avait volé son médaillon s'était réfugiée dans la maison. Or, celle-ci était assez grande, et il appréhendait face à qui il allait se retrouver. Il traversa plusieurs salles, en essayant de faire le moins de bruits. Avec le noir, il avait du mal à discerner complètement les pièces qu'il visitait, mais s'il était sûr d'une chose, au bout d'un moment, c'était qu'il n'y avait personne au rez de chaussé. Si présence il y avait, il lui fallait alors monter à l'étage supérieur. Akian sortit du salon (il avait déduit cela du fait que c'était la plus grande salle du bas) et il s'arrêta au bas des escaliers. Son regard se promena de haut en bas. L'escalier paraissait tenir miraculeusement, et Akian craignit soudain de passer au travers à cause de son poids qui ne serait peut-être pas supportable. Le garçon chassa ces sombres idées de sa tête, et prenant son courage à deux mains, il s'élança dans l'antique escalier. Celui-ci grinça affreusement sous ses pieds et parut nombre de fois vouloir s'écrouler, mais Akian arriva au sommet sans encombre. Ou du moins, était-il toujours vivant, bien qu'il eut fait un bruit tel que le voleur l'avait sûrement entendu. Alors qu'il se demandait combien de pièces devrait-il cette fois-ci arpenter, il aperçut une faible lumière qui dépassait d'une porte entrebâillée. Prudemment, le garçon s'avança et s'arrêta à quelques centimètre de celle-ci. Alors qu'il tentait de réguler sa respiration et d'éviter le moindre bruit, une voix d'homme, claire et puissante, surgit de la pièce éclairée :
- Entre, Akian, je t'attendais !

 Jbacon 16 décembre 2009 à 16:22 Envoie un message √† Jbacon Voir le profil de Jbacon
Le jeune garçon sursauta. Il poussa la porte qui émit un bruit sourd et s'avança prudemment dans la pièce. L'homme était assis, lui tournant le dos, et au devant de sa personne, la lueur d'une lumière brillait, cachée au yeux de Akian. Ce dernier ne savait comment réagir face au surprenant bouleversement qui venait de se produire. Cependant, le ton de l'homme ne semblait pas mauvais, et le garçon en conclut qu'il ne risquait rien. Il s'approcha donc un peu plus, et l'homme se leva et se retourna.

C'était un homme qui devait avoir une cinquantaine d'année, d'après ce que pouvait voir Akian dans l'obscurité, la lumière étant restée derrière lui, toujours invisible. Alors, l'homme leva la main droit, et peu à peu, la lumière s'étira étrangement, se rapprochant de plus en plus, jusqu'à apparaître au dessus de sa main. Quelle affaire ! Une petite sphère d'une blancheur éclatante et qui émanait une merveilleuse lumière se tenait, flottante et virevoltante, allant et venant de son bras à sa main.
Akian ne put retenir un hoquet de surprise.

-Étonnant, non ? Lui dit l'homme avec un petit sourire.

Mais cependant, ce qui étonnait le plus le garçon n'était pas l'étrangeté de cette magie, mais plutôt les traits de l'individu, qui n'en n'était plus un. Il s'agissait en réalité du CPE, M. Deglen, l'homme dont Akian avait perçu l'aura bienfaisante lors de la rentrée des classes.

-M.. M. Deglen... C'est bien vous ? Balbutia Akian.
-Je suis bien content que tu m'aies reconnu si rapidement ! Lui répondit-il. Cependant, tu n'as pas tout à fait raison. On me connaît autre part au nom de Kergan, le Sage.
-Kergan le Sage ? Demanda le garçon, toujours sous le choc.
" Kergan " lui murmura :
-Tout ça n'est qu'une autre histoire, qu'il n'est peut-être pas encore venue de te raconter. Par contre, je dois absolument t'avertir de quelque chose, et tu devras écouter et mettre en úuvre chaque détails que je t'aurai annoncer ! C'est compris ?

Akian le regarda, ahuri. Mais de quoi parlait-il ? Et pourquoi devrait-il exécuter ses ordres ?

 Jbacon 11 janvier 2010 à 16:47 Envoie un message √† Jbacon Voir le profil de Jbacon
Kergan lui fit signe de s'asseoir, et se posa à son tour. Il fit voleter la boule de lumière entre eux deux, et débuta son récit :

- tout d'abord, tu dois savoir que toi et tes parents ne venez pas d'ici !
-Je le sais bien ! Coupa Akian. Ma mère m'a expliqué que lorsque j'étais bébé, nous sommes partis de Bretagne pour venir habiter à Paris.

Kergan fronça les sourcils et leva la main d'un geste brusque.

- Je te demanderai de ne pas me couper la parole et de me laisser finir mon récit. Les questions viendront ensuite.
" Comme je le disais donc, poursuivit-il, tu ne viens pas d'ici, ni de Bretagne, je précise, mais d'un autre monde parallèle à celui-ci...
- De quoi ? Un autre monde ? Impossible ! Intervint à nouveau le garçon.
-Vas-tu me laisser finir ! répliqua le Sage en mimant le mécontentement. Tu viens bel et bien d'un autre monde, et celui-ci se nomme Delganaïs. Tes parents étaient de braves citoyens d'Artina, la capitale du Royaume de Siletane, et étaient réputés comme étant les meilleurs mages aux services du roi Trove. Mais celui-ci fut pris d'une attaque soudaine et incompréhensible, et il mourut. Son cousin, Teras, un homme cupide et peu aimé, fut nommé par la légitime ascendance, roi de Siletane. Or, cela provoqua dans le royaume un chamboulement extrêmement néfaste. Le roi se fit comme dictateur et imposa sa loi. Il ré-instaura la peine de mort et mit à la rue des gens qui n'avaient pas assez d'argent pour payer les nouvelles taxes. Des rumeurs couraient qu'il avait signé un pacte avec le diable, mais j'ai bien peur que ce ne soit pire encore. Il envoya ses sbires, des personnes humaines mais sans cúur et aux capacités redoutables, sillonner le pays pour appliquer ses règles. Une magicienne du nom de Hivisha formula alors une prophétie comme quoi, la nuit de l'enterrement de Trove, au moment où les fleurs blanches du passage à l'au delà tomberaient sur son visage, un enfant naîtrait, porteur du flambeau de l'espoir. Tu es né cette nuit là, mon garçon.

Un silence pesant se fit dans la pièce. Akian se persuadait que ce que le vieil homme racontait n'était qu'une blague, ou pire, que kergan était fou... Et pourtant, les rêves étranges de paysages inconnus et de villes mystérieuses qu'il faisait parfois lui revenait en mémoire et le jeune garçon doutait.
Le Sage continua :

- Bedril, l'ancien maître d'arme du roi Trove, vous accompagna et vous permit de vous enfuir vers Nobedor, le fort des Sages, alors que tu n'étais qu'un nourrisson. Là, je fus chargé de vous transporter vers l'autre monde, celui-ci, afin que vous puissiez vous cacher. Cependant, le Solstice des morts se déroule en ce moment, et cela créé une brèche inter-dimensionnel, une fêlure dans l'espace des mondes, en quelque sorte. Cela a permi aux plus puissants mages de Delganaïs de voir à l'intérieur de la Terre, et je ne crains que le mage du sorcier-roi Teras ne t'ai reconnu comme enfant de la prophétie.

la révélation provoqua un grand choc sur le garçon. Il le regarda, tremblant de tous ses membres. Il ne voulait pas croire, il ne voulait pas être cet enfant.

- J'ai senti une force obscure déchirer la faille afin de pénétrer sur ce monde. A l'heure où je te parle, ils sont peut-être en route pour la maison de tes parents, Akian...
- Qui, ils ?! s'écria Akian.
- Les Serviteurs de la Mort, les disciples ténébreux du roi-sorcier ! Répondit le vieil homme.
- Non ! C'est faux ! Vous mentez ! Cracha le garçon à l'adresse du Sage.
- Alors, si tu ne veux pas y croire, suis-moi !

Le Sage ne laissa pas le temps à Akian de répliquer. Il l'empoigna par le bras pour le faire sortir de la pièce et claqua des mains. La lumière disparut. Ils dévalèrent les escaliers, Akian emporté par ce soudain élan. Ils sortirent du manoir et Akian franchit le portail en se précipitant, affolé, vers Mike.

 Jbacon 13 janvier 2010 à 14:59 Envoie un message √† Jbacon Voir le profil de Jbacon
Mike se retourna aux cris de son ami. Il ne comprenait rien à ce que celui-ci lui racontait. Il parlait d'une voix précipité et un homme sous un capuchon le suivait. Il tenait, heureusement, le médaillon de l'autre garnement. Ce dernier, par ailleurs, s'était immédiatement retourné, ainsi que sa bande, et regardait les deux individus, d'un air interdit. Akian s'arrêta près de Mike et lui dit, après avoir reprit son souffle :

- Mike, il faut qu'on parte ! Ne me demande pas pourquoi !

Le garçon, interloqué, ne comprenait en rien ce qu'il se passait. le vieil homme qui accompagnait Akian releva sa capuche et Mike put distingué Kergan. L'incompréhension se lisait de plus en plus sur son visage.
Akian lança le médaillon à Steeve, puis il empoigna son ami et se mit à courir.

- Mais où on va ? s'écria Mickaël.
- On suit Kergan ! répondit son ami.
- Kergan ?

Le sage était déjà loin devant et les hâtaient de se dépêcher, délaissant la bande, restée planté comme des piquets.

 Jbacon 04 février 2010 à 20:40 Envoie un message √† Jbacon Voir le profil de Jbacon
Ils ralentirent leur course lorsqu'ils furent presque rendu sur la rue des deux garçons. Mike attrapa le bras de Akian et lui demanda :

-Attends un peu ! J'aimerais savoir ce qu'il se passe !
-Je ne peux pas trop t'expliquer en détail, je ne comprends pas moi même ! En tout cas, je peux te dire qu'il existe des choses pas naturelle dans ce monde...Ou du moins, dans un autre...
-Des choses peu naturelles, dans un autre monde ? S'exclama Mickaël alors que le CPE se dirigeait vers eux et leur dit :
-Voyons ! Dépêchez-vous, ou il sera trop tard !
-Trop tard pour quoi ? Répliquèrent-ils en cúur.

Le Sage ne les écouta pas, et se remit à courir vers la rue. Akian était étonné de l'endurance que possédait Kergan. Il avait dû être sujet à des entrainements de course dans sa jeunesse, pensa t-il.
Les deux garçons le suivirent, et ils arrivèrent sur la grande route bordée de magnifique maisons et manoirs. Alors, Mike eut un hoquet de surprise, et il se mit à hurler :

-Non ! Qu'est-ce qu'il s'est passé ? Maman ! Papa !

En effet, la grande maison du garçon était ravagée par les flammes. Mike se mit à courir, suivit de son ami. Kergan leur cria :

-Attendez ! Nous n'avons pas le temps !

Mais les deux garçons n'en avaient que faire, de son temps. Il ne voyait apparemment que par cela. Mike enjamba la porte d'entrée qui jonchait le perron, et s'engouffra dans la maison. Akian le suivit. Ils se mirent à chercher les parents de Mike, mais ils étaient introuvables. Akian ressortit à l'air libre. Mickaël s'écria alors :

-Maman !

Quelques minutes après, il ressortait, les bras occupés par le corps de sa mère inconsciente. Il la déposa doucement sur l'herbe humide. Il pleurait doucement, caressant de sa main la douce peau de son visage. Kergan s'approcha et prit la main de sa mère entre ses doigts. Il dit :

-Elle est vivante, ne t'en fais pas !

Soudain, comme si les évènements terribles avaient eu envie de se succéder sournoisement, Akian se mit lui aussi à hurler. Un vacarme assourdissant avec explosé dans la nuit, et une fumée épaisse s'échappait d'une maison littéralement supprimée. La maison de Akian. Celui-ci s'en approcha en titubant à moitié. Ce n'était pas possible ! Qui leur en voulait-il à ce point ? Akian entra dans l'habitat sur un accès de folie, en quête de retrouver ses parents. Mickaël cria :

-Non ! Akian ! C'est trop dangereux !

Mais celui-ci ne l'écoutait plus. Il cherchait, cherchait, mais ne trouvait rien. Il resta plusieurs minutes à fouiller en vain les moindres recoins calcinés, tandis que les flammes rugissaient de plus belle. Bientôt, le souffle lui manqua. Il se mit à tousser. C'était perdu. Il avait perdu ses parents. Faiblement, il tenta de trouver la sortie, mais une fumée noire l'entourait et gênait sa visibilité, tandis que les vapeurs acres et le gaz entrait dans ses narines et sa gorge. Soudain, ce fut le noir.

Du côté du jardin, Mike commençait à s'inquiéter. Akian n'était toujours pas sortie et la maison se consumait ( étrangement ) rapidement. Trop rapidement à son goût. Pourquoi cela leur arrivait-il ? Et pourquoi maintenant ?
Akian n'était toujours pas là. Mike ne savait pas s'il devait faire confiance à Kergan, mais la vie de son ami était en jeu. Il laissa donc sa mère entre les mains du Sage et se faufila dans le champs de feu.

 Jbacon 19 mars 2010 à 14:26 Envoie un message √† Jbacon Voir le profil de Jbacon
Les flammes ravageaient meubles, bois et murs. Tout objets sensibles étaient réduit en cendre au moindre touché des ondes fatale du feu.
L'escalier s'écroulait presque, ne tenant plus que sur deux poutres qui semblaient elle même peiner sous le poids.
Mike franchit la barrière de flammes et pénétra dans le salon.
Il chercha son ami des yeux, mais la visibilité était gênée par la fumée épaisse et noire, à l'odeur imposante et qui lui laissait un goût acre sur les lèvres. Une poutre de bois s'écroula soudainement et vint s'écraser juste devant les pieds du garçon, qui tomba à la renverse, choqué. Il se releva prudemment, une main sur la bouche, toussotant péniblement. Alors, il vit Akian. Ce dernier gisait près d'un canapé réduit en lambeau. Mickael le rejoignit rapidement. Son visage, fermé, était recouvert d'une suie noire et ses vêtements, par endroits troués ou brulés, se collait sur sa peau dû à la sueur moite qui le recouvrait. De petites flammes lui léchait les pieds. Heureusement qu'il portait des chaussures, mais Mickael ne se fit pas attendre. Il empoigna fermement le bras de Akian, et, difficilement, il le hissa sur son dos. Il traversa à sens contraire le chemin qu'il venait de prendre, mais il se retrouva coincé. En effet, devant lui, une étagère fracassée bloquait le passage. Mickaël, affolé, déposa doucement Akian sur le sol, et chercha fébrilement quelque chose qui lui permettrait de se débarrasser du meuble. il poussa un juron. Rien autour de lui ne laissait envisager une solution. Brusquement, il se prit les pieds dans un obstacle invisible. Le pauvre garçon s'écroula de tout son long contre le parquet poussiéreux. Il se releva en grognant, et vit la cause de l'accident. Une grande épée, celle que Mickaël avait mainte fois vu accrochée sur le blason accroché auparavant au dessus de la cheminée, reposait sur le sol, légèrement plantée dans le sol. C'était un coup de chance. Le garçon la souleva à deux main. Elle était lourde, cependant, Mickaël se rendit compte qu'elle s'adaptait bien à ses mains, et il réussit à la manier à peu près correctement. Il s'avança vers l'armoire, souleva l'arme, et l'affaissa lourdement contre le meuble, qui émit un craquement sourd, et s'ouvrit sur la première moitié. Michaël réitéra son geste deux fois et l'armoire se retrouva séparée en deux parties. Du pied, le garçon ouvrit un passage en les poussant, puis il lança l'épée sur le perron de la maison - elle pouvait toujours servir - et revint vers Akian. Il le souleva, et emprunta le couloir principale, en direction de la porte d'entrée.

 Jbacon 08 avril 2010 à 11:06 Envoie un message √† Jbacon Voir le profil de Jbacon
Mickaël jaillit de la maison en suffocant sous le poids de Akian et quasi asphyxié par la fumée qui occupait désormais la totalité du manoir. Le jeune garçon déposa son ami près de Kergan, sur la pelouse fraiche d'un jardin. Il contempla quelques instants sa mère qui sommeillait, évanouie, à quelques mètres. Le Sage s'approcha de Akian et l'observa. Il lui enleva son tee-shirt et son jean, et le recouvra d'une couverture. Il était inconscient, brûlé légèrement par endroit. Kergan murmura :
-Je vais devoir le faire ! Il n'y a pas d'autre solution ! Il ne nous reste plus de temps !
Mickaël haussa un sourcil et demanda :
-Mais de quoi parlez-vous ?
-Je vous en parlerai plus tard ! Pour le moment, laisse moi faire, et regarde !
Le ton était sans appel, et Kergan le confirma en se retournant définitivement vers Akian. Mickaël s'assit à ses côtés, et fut alors témoin d'une scène incroyable. Kergan déposa son sac de toile sur la pelouse, et en sortit une petite pierre d'un bleu étincelant et une boite blanche nacre. Il enroula une chainette en argent autour de son poignet gauche, et y accrocha la pierre grâce à un maillon. Il ouvrit la boite et Mickaël aperçut nombres d'herbes étranges ainsi qu'une petite fiole emplie d'un liquide brillant. Le Sage souleva la fiole, qui, au clair de lune, miroita avec force et beauté, et déposa quelques gouttes sur chaque brulure de Akian. Puis il prit une feuille de couleur orange, sur laquelle de magnifiques perles d'eau dorée étaient accrochées. Mickaël ne semblait pas s'en étonner. Rien que tout ce qu'il se passait depuis le début de la soirée était déjà étrange. Kergan déposa la feuille sur le front de Akian en murmurant des paroles inaudibles. Ensuite, il prit quelques herbes vertes, et d'autres bleues, et les déposa sans alignement précis, sur tout le corps du garçon. Il mit une fleur rose à la tige argentée au niveau du cúur de Akian, et levant les mains, il formula une espèce d'incantation incompréhensible. Mickaël sentit alors le vent se lever autour de lui, et entendit une musique triste résonner dans le lointain. Puis, étrangement, ce fut comme une chaleur bienfaisante qui s'installa, comme si elle jaillissait des mains du Sage. Doucement, Mickaël assista à un évènement extraordinaire, qualifié de surnaturel : les blessures de Akian se refermèrent les unes après les autres.





Attention: Tu n'es pas identifié, seuls les auteurs peuvent participer.
Je veux m'inscrire maintenant.
Je suis déjà membre, je peux m'identifier en haut de la page.



Histoire Classique   Favoris   Geolocalisation   Podcast   FluxRss   Twitter
Bon à savoir:

La magie des mondes est classée dans le genre Fantasy.

Commencée par Jbacon,
le 09 juin 2009. L'histoire est composée de 11 participations.

7 commentaires
1080 lectures

  • 1 Auteur:
Jbacon
Jbacon 11

  • Currently 3.71/5

Note: 3.7/5 (7 votants)